Rechercher dans ce blog

mardi 22 mars 2016

Commentaire - sur une course longue (quantité) et courte (qualité) à la chefferie du Parti québécois



  • gilles verrier

    Monsieur Thomson, vous écrivez :
    De même, il faut être d’une incroyable naïveté pour croire que les politiques d’accueil des émigrants que ce soit au Québec ou dans le reste du Canada resteront sans conséquence pour l’avenir de nos identités respectives, ou suffiront à assurer la survie des valeurs fondamentales qui font et forgent nos identités culturelles et identitaires tout en assurant leur continuité.
    Le problème est que nous venons d’élire un chef qui n’a pas eu besoin de se prononcer clairement sur ces questions, comme le fait remarquer justement M. Ricard. On a eu vite fait de transformer une rare occasion de faire un débat d’idées en concours de personnalités. Plusieurs ont prématurément choisi leur camp. Vigile en est. On n’a pas jugé utile de poser les questions difficiles, de cuisiner les candidats... pour connaître le fond de leur pensée. La politique spectacle étant par définition superficielle.
    Le message de M. Ricard m’a allumé tout de suite. J’ai voulu relire ce que j’écrivais le jour du lancement de la course à la chefferie du Parti québécois, ce parti qui après avoir élu des Pierre-Marc Johnson, André Boisclair et Lucien Bouchard (je vais m’arrêter là) devrait avoir appris le devoir de précaution. Mais il semble que l’espoir de remplacement des libéraux et la cause de la probité gouvernementale suffisent. Le reste est ce qui tient lieu de souverainisme, des paroles. On a rénové. Changé l’appellation de souverainisme par celle d’indépendantisme, priant pour qu’un ravalement de façade change tout l’édifice. Peine perdue, rien n’a changé.
    Nous en sommes à la quadrature du cercle. Le Parti québécois se meurt de vouloir demeurer un parti agréable aux yeux de l’establishment canadien et mondial, auxquels il donne des gages de soumission à répétition tout en croyant demeurer souverainiste. Le dilemme cornélien ne tient plus. Il devra choisir. Dans l’épisode que nous venons de vivre il a choisi pour l’establishment et contre nous. Fidèle à son habitude des petites trahisons, la rectitude politique l’a emportée sur l’indépendance, sur ce que j’appelle à tout le mois un « bon comportement » patriotique. Il n’a pas sauvé l’honneur. Il nous a renié comme l’apôtre Pierre le fit (« Je ne connais pas cet homme ») et c’est maintenant au moins la troisième fois. La coupe est pleine, l’affaire est entendue, ce parti ne fera jamais l’indépendance.
    Nous sommes seuls, affreusement seuls devant le spectre d’un gouvernement mondial-mondialiste qui viendra mettre de l’ordre dans nos affaires, qui nous rendra la sécurité contre le terrorisme en éliminant toutes les souverainetés nationales. Une femme venue d’ailleurs est venu donner une leçon de virilité aux indépendantistes du ravalement de façade. Ils ne l’ont pas reconnue. « Je ne connais pas cette femme », ont-ils dit, je ne connais rien de ce qu’elle dit. Les immigrationnistes-mondialistes auront bientôt plein de sang sur les mains chez nous, comme ils en ont en France et en Belgique. Le PQ est des leurs.
    Voir ma tribune libre (et le fil des messages) pour se rappeler combien nous coute notre naïveté politique collective. Mais plusieurs commencent à y voir clair et c’est encourageant.

samedi 19 mars 2016

Se distinguer de Claude Morin - et comment donc !


Ainsi, me pose-t-on la question de savoir si mes propositions ne sont pas une réédition de celles de Claude Morin. Naturellement, il n'en est rien et pour dissiper tout doute à ce sujet, je vais m'exprimer d'une manière plus directe, avec moins de précautions dans mon propos afin que chacun comprenne bien de quoi il s'agit.

Ce que propose Claude Morin c'est de recourir à des référendums sectoriels et d'adopter une constitution québécoise. Je ne suis pas du tout dans cette dynamique. Par contre, je le suis davantage quand il s'exprime en faveur de l'utilisation de la clause dérogatoire.

Ce que je propose c'est de monter à l'assaut de l'État du Québec et d'en faire un bastion de la défense de nos intérêts. Ce qui suppose une petite révolution à l'intérieur du PQ, qui n'a jamais que mollement défendu nos intérêts quand il ne les a pas tout simplement trahis. Comme dans le cas de l'affaire Michaud où ce parti d'écervelés, censé être de notre coté, est allé détruire la réputation d'un honnête patriote, un des nôtres, dans une union déshonorante avec l'engeance libérale. Il fallut ensuite quatre ans avant que les auteurs commencent à s'en excuser, assez mollement d'ailleurs. Sans la trahison péquiste il n'y aurait pas eu d'affaire Michaud. Et cette affaire est importante parce qu'elle est révélatrice de la profondeur des convictions au sein du Parti québécois, en tout cas de sa direction. Pas mieux : dans la foulée du référendum de 1995, le PQ s'est complètement effondré sur la question nationale. Il a accepté béatement les résultats, refusé absolument de les contester sous tout rapport et a lâchement abandonné toute défense de notre cause pour se réfugier dans le provincialisme le plus plat. 

Et aujourd'hui, la trouille aux fesses, le PQ prend d'avance ses distances avec la présidente du plus grand parti politique de France. Il refuse de rencontrer pour ne pas se faire diaboliser... du fait, ne serait-ce que de l'avoir rencontrée. Mais quel courage! Pendant ce temps-là, le Canada reçoit avec les honneurs les ordures d'Arabie saoudite et d'Ukraine. Comme dans le cas de l'affaire Michaud, le PQ cherche encore une fois à donner des gages à l'establishment. La prise de position de PKP, qui soulève une controverse jamais vu sur son Facebook n'est que la dernière en lice des petites trahisons du PQ, un parti qui ne cesse de décevoir. 

Mon propos est simple. Il s'agit de demander au PQ de cesser de nous trahir dans les moments critiques. Dans ces moments difficiles où les parlementaires, qui sont les premiers représentants du parti, devraient, au lieu d'aller se cacher, redoubler d'ardeur et de courage et mettre leur tête sur le billot. À la lumière de ses impostures, il est présentement impossible pour une personne sensée de se fier sur le Parti québécois pour faire l'indépendance du Québec, peu importe le moyen, la façon ou la stratégie. Ce qu'il faut demander au Parti québécois c'est qu'il fasse le ménage dans sa propre boutique, dans sa propre politique. Et ensuite, pour commencer, on ne mettra pas la barre trop haute, on va simplement lui demander de bien se comporter. 

D'autres objections semblent venir du fait de prétendre à l'exclusivité mutuelle entre la lutte pour l'indépendance et de faire de l'État le bastion de la défense de nos intérêts. Comme je l'ai expliqué ailleurs, il n'en est rien. 


http://vigile.quebec/L-independance-passe-par-le

lundi 14 mars 2016

L'indispensable reconquête de l'État

L'indispensable reconquête de l'État
LA MONTÉE EN INDÉPENDANCE, POSSIBLE DÈS 2018
Les errances de l'idéalisme philosophique en politique

Après plus de cinquante ans de souverainisme, nous devrions aujourd'hui avoir le coeur à la fête. Palper le succès de nos longs investissements dans la cause avec satisfaction et arriver enfin au bout de nos efforts. Hélas il n'en est rien. Bien au contraire, le mot que les indépendantistes ont le plus souvent à la bouche depuis vingt ans est le mot «relance», mot qui sous-entend une certaine stagnation. En fait, l'incapacité de rebondir confine à l'effondrement. Pour remède, on se fend donc à imaginer des expédients pour «relancer» l'indépendance. La magie n'opérant pas, on pourrait conclure à moindre frais que la cause ne se pose plus du tout dans les mêmes termes. Un constat qui échappe à la sagacité de fervents patriotes qui ne cessent de ranimer les cendres de la stratégie passée pour y déchiffrer la formule de «la relance», comme on lirait, avec plus d'ésotérisme, l'avenir dans les feuilles de thé.

Dans cette chronique, après un détour pour faire découvrir la philosophie politique qui anime les plus ardents «référendistes», je plaiderai la cause de la reconquête de l'État, un objectif qui peut unir les Québécois. Je terminerai en proposant un cadre programmatique pour une victoire incontestable aux élections de 2018, passage obligé pour renouer avec de grandes ambitions.

Des errances d'une philosophie politique
On a commencé à parler timidement de l'échec du «référendisme». En s'enhardissant dans l'analyse, ce qui est en train de se répandre, on commence à comprendre de plus en plus qu'il s'agit de l'échec d'une approche du tout ou rien, qu'illustre cet orgueil mal placé qui consiste à refuser de diriger la province d'une main haute et assurée, sous prétexte que l'indépendance serait à elle seule cet événement révélateur, le moment quasiment mystique sans lequel l'État du Québec ne pourrait agir de manière décisive.

L'approche «référendiste», en fait ce qui la sous-tend sur le plan de la conception du monde et des changements qui s'y opèrent, révèle la prépondérance (consciente ou non) de la philosophie politique idéaliste chez nos compatriotes et en particulier chez ceux qui ont défini depuis longtemps l'orientation du mouvement, tels Claude Morin, René Lévesque et Jacques Parizeau. La base du raisonnement philosophique qui caractérise cette approche mérite d'être mieux définie.

«En philosophie, l'idéalisme est une doctrine qui accorde un rôle prépondérant aux idées et pour laquelle il n'y a pas de réalité indépendamment de la pensée. »(1)
Pour le dire à ma façon, l'idéalisme c'est de croire que l'histoire suivra la route qu'on lui trace parce que ma bonne idée est un boulevard. Par conséquent, la prépondérance des idées sur la dynamique propre aux phénomènes matériels en société (économiques, sociologiques, de tout ordre...) (2) conduit à des positions telles que tenait l'ancien premier ministre Bernard Landry avec son fameux mot d'ordre des années 2000 (3) : «Sortir, parler, convaincre». Suggérant que le manque d'efforts de conviction expliquerait l'insuccès. C'est ce que reprend à son tour Pierre Cloutier, qui estime que des milliers de militants sont maintenus dans la passivité parce que le PQ ne donne pas le signal : «quand on veut un pays, il faut avoir le courage minimal de le mettre sur la table, le matin, le midi, le soir, la semaine et la fin de semaine». Pour lui, deux ans d'assemblées de cuisine et de tournées régionales devraient changer la donne. En d'autres mots, même si l'état major ne donne aucun signe de cohésion sur le message à passer une fois qu'on a répété les banalités d'usage, les militants devraient sortir et convaincre.(4)

Pour expliciter, l'idéalisme politique des «référendistes» se vérifie par certains traits (le lecteur comprendra ici que je ne m'adresse à personne en particulier, le «il» que j'emploie renvoie à l'idéalisme politique) :
1- Il néglige de faire une analyse concrète des rapports de force et des conséquences à en tirer.
Par exemple, de la division de la nation en plusieurs partis, de l'appui à la souveraineté devenu anémique, etc.

2- Il véhicule une idée fantasmée de l'indépendance, un nouvel Eldorado, détachée, privée de rapport dynamique avec les obligations actuelles de l'État.

3- Il néglige de prendre en compte le caractère relatif et limitatif de l'indépendance des pays, ce qui est particulièrement vrai pour le Québec.

4- Il se paie de mots ou abuse des mots, tel «indépendance»
Car, ce qui est évoqué pour le Québec au final, est un pouvoir politique limité, qui commence par la reconduction des responsabilités provinciales actuelles, augmentées de pouvoirs en matière socio-culturelle, de langue et d'immigration et d'une plus grande autonomie économique. Parlons-nous toujours d'une indépendance sans armée? sans monnaie et sans banque centrale? Sans frontières avec le Canada? Or, dans ce cas, une souveraineté limitée ne peut donner des relations extérieures indépendantes. Est-ce que le siège à l'ONU serait un siège de complaisance avec des positions calquées sur celles du Canada? D'ailleurs, pourquoi insister? Le Québec n'a jamais vraiment revendiqué sa propre politique internationale? Est-ce à dire, on jase, que le Québec récolterait tous ses impôts mais que ceux-ci seraient en partie retournés à Ottawa pour qu'il administre les responsabilités qui lui seraient laissées, de toute évidence nombreuses, pour tout ce qui est de l'avenir post-indépendance immédiat et prévisible?
C'est donc dire que le Québec indépendant, esquissé dans l'historiographie souverainiste, qui varie il est vrai, aura d'autres responsabilités mais le noyau dur de la souveraineté continuerait de lui échapper.

Donc, même après une indépendance durement négociée en notre faveur, devenue de jure, ne serions-nous pas encore un peu dans la petite politique provinciale, soit dans la continuité de l'insuffisance d'indépendance?

5- Il dévalue l'État provincial et son potentiel, refusant de concéder que sa montée en puissance et en effectivité permettrait de construire l'assise d'une plus grande indépendance, jusqu'au statut d'État indépendant. Autrement dit, il néglige l'intérêt qu'il y a à accroître indépendance de facto, pour ne donner d'importance qu'à l'indépendance de jure.

Faire la fine bouche sur cette question est véritablement de l'idéalisme de haut vol. Le «grand bond en avant» se produirait donc subitement, spontanément. On sait très bien que les responsabilités de l'État sont de tout temps. Refuser d'y faire face rejoint la perspective même de l'anarchisme. On verra plus loin que l'État se trouverait pour une part devant les mêmes défis, même si l'indépendance se produisait demain matin.

De nouveau sur l'analyse de la situation
À l'idéalisme philosophique du courant «référendiste», j'oppose le pragmatisme politique. (5) L'État du Québec est notre instrument collectif pour l'émancipation. Il s'avère que pour la première fois de son histoire moderne il est investi par des forces ouvertement anti-patriotiques, pires que tous les gouvernements québécois antérieurs qui, même velléitaires adhéraient au nationalisme traditionnel. Marcel Haché a raison quand il affirme que le Parti libéral a été intégré par le Parti Égalité et non l'inverse. On tarde à en prendre acte, même si le parti libéral d'aujourd'hui se situe à des années lumières de celui de Robert Bourassa ou de Jean Lesage.

La question que je pose à mes amis indépendantistes est de savoir comment, alors que nos propres forces sont affaiblies par deux échecs successifs qui nous ont beaucoup couté, que les forces patriotiques sont divisées plus que jamais et que notre État est entre les mains des ennemis de la nation, que ces derniers y ont placé partout leurs agents, qu'ils s'y sont incrustés depuis des années, de sorte que l'État du Québec serait un véritable champ de mines pour un prochain gouvernement plus patriotique, comment peut-on dans ce contexte en arriver à croire que la situation commande aujourd'hui de nous lancer dans une troisième aventure référendaire, dans une élection décisionnelle ou dans une constituante alors que nous ne disposons d'aucune base pour s'y lancer ? Suffirait-il de répéter le mantra assez souvent pour que la réalité daigne s'y conformer?

Selon moi, la situation commande la reconquête de notre État. C'est indispensable du fait que cette reconquête porte la possibilité de constituer un dénominateur acceptable pour l'ensemble des forces nationalistes. Donc, un objectif rassembleur à partir duquel peut être reconstitué l'unité nationale. Dispersés au sein de plusieurs partis, la reconnaissance mutuelle de la relance de l'État donnerait la chance de former un consensus national nouveau, ayant le potentiel d'aller au-delà du fédéralisme. Mais d'abord, l'idée de ne plus jamais laisser passer l'État du Québec aux mains des libéraux est centrale.

La prise en charge ferme et assurée de l'État comme processus constitutif de l'indépendance.
Il nous presse de comprendre que la puissance de l'État provincial sert à préparer l'indépendance et ne s'y oppose pas. De comprendre que des petites victoires, ces changements quantitatifs, représentent la meilleure chance de produire des changements qualitatifs plus tard, comme le changement de statut politique. Il s'agit de mettre en marche dès l'élection notre indépendance dans les domaines de notre compétence, réaffirmer la puissance de l'État à l'encontre des petites féodalités trop longtemps tolérées.

Dans un esprit rassembleur, il importe de choisir des dossiers reconnus d'intérêt universels pour en faire un programme en quelques points et d'éviter impérativement le piège des causes minoritaires ou communautaires à la mode qui braquent les uns contre les autres : féminisme, laïcité, lgbt, constituante, constitution, référendum, etc. En 2018, pour gagner, il ne s'agira pas de faire de la pédagogie politique au profit de sensibilités particulières ou minoritaires, mais de prêcher à des oreilles réceptives ce qu'elles veulent entendre, et il y matière. Soit de dire à six millions d'honnêtes gens ce qu'ils n'ont pas entendu depuis longtemps, ce que nous voulons tous entendre. Et d'y aller férocement avec tout ce qui sert le bien public le plus large. Voici neuf points (parmi d'autres) qu'il faudrait certes reformuler en «langage électoral» et ramener éventuellement à trois ou cinq points centraux tout au plus.

  1. Agir en santé, quitte à déplaire aux médecins et aux médecins spécialistes, ce qu'aucun gouvernement n'a voulu faire (le gouvernement du Québec indépendant le ferait-il? C'est le même problème!) pour en finir avec l'attente aux urgences et rendre accessibles pour tous les soins de santé. Impérativement, ne pas choisir un médecin à la tête de ce ministère, nommer une infirmière-chef familière avec les urgences.
  2. Assainir et donner les coudées franches à la direction des poursuites pénales, enrayer la criminalité d'État et la corruption.
  3. Mettre derrière les barreaux les criminels identifiés par la Commission Charbonneau et les autres enquêtes policières qui présentement n'aboutissent pas. (Le même problème avec les mêmes hésitations si le Québec était indépendant demain matin... idem pour la suite.)
  4. Modifier les politiques d'Hydro-Québec, une autre féodalité dans l'État, pour que notre électricité serve pour une part de levier au développement économique, notamment par l'accroissement de notre indépendance dans les transports et en alimentation (production serricole) et autres domaines.
  5. Caisse de dépôt et de placement. Modérer son inclusion dans le marché financier pour l'obliger à se doter d'un volet de ré-investissement national, visant l'accroissement du PIB et le soutien à la PME, segment d'activité le plus créateur d'emplois.
  6. En éducation, rétablir l'enseignement de l'histoire nationale. Redresser partout la qualité de l'enseignement du français.
  7. Revalorisation de la langue française par des mesures particulières dans tous les secteurs, ré-investir dans l'Office de la langue française. Utiliser au besoin, sur un sujet aussi existentiel que celui-là la clause dérogatoire (6), recours qui, à lui seul, symboliserait fortement la volonté d'indépendance.
  8. Intégration des immigrants. Interventions par l'intermédiaire d'agents appartenant aux communautés immigrantes pour relayer des messages qui imposent l'idée de l'importance de l'État québécois, son histoire, sa langue, sa culture religieuse, etc.
  9. Immigration. Réduire à des seuils qui permettent de garantir une intégration harmonieuse. Choisir les immigrants non seulement en fonction de critères linguistiques mais en fonction de critères culturels de compatibilité avec les valeurs de l'intégration plutôt que celles du multiculturalisme.

Pourquoi cela ne s'est-il pas fait avant?
Les raisons sont faciles à comprendre, des gouvernements aux ambitions modérés par les fantasmes référendaires et des gouvernements minoritaires ou formés de majorités peu convaincantes. Ces deux causes expliquent en partie la panne de notre État. D'où l'importance que le prochain gouvernement du Québec soit élu avec une forte majorité.

Est-ce la garantie qu'un programme de redressement vigoureux de l'État sera mis en œuvre? Je n'en sais rien et, en réalité on ne peut rien garantir. En fait, nous savons tous que pour différentes raisons le courage des élus n'a guère impressionné dans le passé. Suffit de mentionner l'affaire Michaud ou les reculs successifs de Lucien Bouchard. Les candidats, nouveaux élus, seront-ils mieux formés, plus entreprenants, plus audacieux, mieux dirigés? Seront-ils capables de garder le cap et de résister aux fortes pressions de l'oligarchie mondialiste des Bilderberg et autres puissants lobbies? La question reste entièrement ouverte. À cette question, je réponds donc par une autre : avons-nous le choix de ne pas essayer?

Les petits gouvernements «provincialistes» sans envergure ont été jusqu'ici la norme. Ils ne sont toutefois pas une fatalité. Quand il y a eu des exceptions, tels les gouvernements de 1954 à 1965, pour ce qui est de la fiscalité, et ceux de 1960 à 1980, pour ce qui est de la fierté nationale, le Québec a progressé. Et c'est à ces occasions que l'indépendance à connu ses moments les plus enthousiasmants.

Selon moi, il n'y a pas d'autre voie. C'est la reconquête de l'État, réalisée avec l'appui massif de la population qui redonnera le goût aux Québécois d'aller plus loin. Quand nous aurons obtenus des gains, l'État québécois aura gagné en puissance et en prestige. À partir de là, il serait trop facile de dire que la suite se devine aisément, non pas. Ce dont il faut d'abord s'assurer c'est que les ressorts de la nation ne soient pas irrémédiablement brisés.

1- http://www.toupie.org/Dictionnaire/Idealisme.htm
2- Ce que le philosophe allemand Hegel développa avec le concept de l'analyse dialectique, reprise ensuite, notamment par Marx et d'autres en philosophie politique, qui firent du caractère matériel prépondérant des choses et des phénomènes la base de la dialectique, qui s'impose toujours aujourd'hui comme un formidable outil d'analyse, principalement dans la variante du matérialisme historique.
3- http://vigile.net/archives/01-3/verrier-landry.html
4- En comparaison, la gouvernance souverainiste de Pauline Marois, était potentiellement beaucoup plus dangereuse. Dans ce cas, ce n'est pas la formule qui fâche mais le fait qu'elle soit restée creuse. Deuxièmement, même avec un contenu clair, on peut se questionner à bon droit sur l'effectivité, le mot n'est pas choisi au hasard, qu'aurait pu prendre la gouvernance souverainiste compte tenu du statut minoritaire de ce gouvernement.
5- http://www.toupie.org/Dictionnaire/Pragmatisme.htm
6- Daniel Turp en faveur de l'utilisation de la clause dérogatoire.


samedi 5 mars 2016

Donner une chance à la prise du pouvoir - pour une mise en échec de la dénationalisation tranquille du Québec

Commentaire dur l'article suivant : http://vigile.quebec/Tout-miser-sur-le-Pouvoir
[Tribune de Marcel Haché]
________________
Tout miser sur le pouvoir 


Tout miser sur le Pouvoir. Le titre de Marcel Haché est bon. Car la garantie de résultats, même dans le cas de l'élection d'un gouvernement majoritaire sur une ligne nationale - nationaliste est loin d'être acquise. Mais avons-nous d'autres paris plus prometteurs à part miser sur celui-là ? 
________________________

Prendre le pouvoir pour ne plus jamais le perdre aux mains des libéraux. Prendre le pouvoir pour en chasser graduellement les ennemis de la nation. Ce pouvoir qu'ils ont fini par occuper mur à mur dans toutes les dimensions de l'État, dans la haute fonction publique, dans la magistrature, au Barreau, au Collège des médecins, dans le secteur public et para public, à la Caisse de dépôt et de placement, à la Commission des droits de la personne, à Hydro-Québec, dans les médias. Partout.

Il faut non seulement prendre le pouvoir sur une ligne nationale - nationaliste, mais le prendre avec une victoire convaincante. Une victoire à la Marois, à la Landry et autres gouvernements minoritaires ou légèrement majoritaires serait absolument insuffisante. Il en faut plus pour renverser le cours de la dénationalisation tranquille qui s'est enclenchée au Québec. Il faudra idéalement une coalition du PQ et de la CAQ, dont seuls les augures peuvent deviner les contours. Sans refaire l'union de la nation il ne sera pas possible de commencer à prétendre à quelque chose. Tout le reste, la rêverie républicaine, référendaire et constitutionnelle représentent ce qui nous a toujours nui depuis que nous avons perdu le bon coté du manche et, si nous n'y voyons pas, c'est ce qui nous gardera pour toujours à l'écart de notre indispensable ré-affirmation nationale. Condition préalable pour renouer avec de plus grandes espérances.

Le volontarisme politique est notre pire ennemi. Cette spécialité des cénacles indépendantistes, qui se tiennent chaudement à l'écart de la {realpolitik}, nous pond des plaidoiries poussives pour un autre référendum ou d'autres plans alambiqués. Quelle dispense à bon compte de l'analyse du rapport des forces dans le Québec actuel !

La situation, après des décennies de gouvernement libéral et quelques années de gouvernements péquistes minoritaires et faiblards, ou pas intéressés à gouverner une «méprisable» province, nous a conduit à cette déplaisante réalité : le recul. La question n'est plus de savoir par quels moyens faire l'indépendance, qui est aujourd'hui une question oiseuse, presque scolastique, une perte de temps; mais de savoir si la nation québécoise pourra prochainement se relever et se ressaisir suffisamment pour renverser le cours de sa dénationalisation, l'antichambre de sa disparition.
Ce n'est donc plus de l'indépendance dont il s'agit dans la conjoncture actuelle, mais de savoir si il y aura une nation avec suffisamment de vitalité pour qu'elle retrouve le goût de vivre, cette fierté qui pourra la lancer de nouveau dans la durée. «Les boeufs sont lents mais la terre est patiente», cette idée de Pierre Falardeau est plus actuelle que jamais. Elle devrait nous inspirer pour le temps présent : celui des grandes ambitions dans le sens provincial, un programme peu glorieux pour ceux qui refusent de décrocher du «grand soir».  Voilà hélas où des décennies d'errances nous ont ramenés.